Je n’ai pas faim mais tout va bien.

Le titre là, c’est la recherche que je viens de faire dans Google.

Ça fait plusieurs semaines déjà que ça me trotte de chercher à comprendre pourquoi, mais j’avais jamais pris le temps de le faire.

Et voici que je me lance, en vain.

Alors j’ai essayé d’autres trucs hein ! “J’ai moins d’intérêt pour la nourriture”, ou bien “j’ai moins faim”, ou même “pourquoi je m’en fous de manger ?”.

Mais toujours, TOUJOURS, ça me ramène à ces cons de forums Doctissimo où y’a des centaines de meufs qui parlent de leurs troubles alimentaires divers et variés (alors attention, je parle pas des VRAIES pathologies alimentaires qui sont une réelle source de souffrance hein, je parle des troubles alimentaires à la con type “Mon mec vient d’me larguer. Et pis j’ai plus d’appétit. J’comprends pas !!?”).

OR, moi, c’est pas un trouble alimentaire du tout, loin de là. C’est juste que depuis un moment, j’ai perdu cette fougue, et cette quasi obsession que je vouais à la bouffe jadis.

Et je m’en suis rendue compte en lisant un bouquin, dans lequel la meuf raconte qu’elle est tellement exaltée de voyager, et d’être tournée vers des considérations existentielles nouvelles et enrichissantes, qu’elle en oublie de manger. Alors attention ! Elle ajoute que c’est pas bien, et que se nourrir c’est capital ! Mais elle interprète ça en disant que peut-être, elle fait ça spontanément au même titre que certains religieux jeûnent (mais genre le jeûne bouddhiste, pour faciliter la méditation, pas le jeûne pénitentiel style “tu manges pas ça t’apprendra la vie !”). Elle dit qu’elle ressent plus le besoin de manger, mais que paradoxalement, elle se sent profondément heureuse et bien dans son corps et sa tête.

Et c’est en lisant ça que je me suis rendue compte : depuis à peu près 6 mois (grosso merdo depuis mon retour du Canada), j’ai moins faim. Alors attention, je mange (j’ai d’ailleurs maigri, un peu). Mais je mange pas avec avidité et excitation comme avant…

Parce que faut dire qu’avant, les repas, c’était pour moi les moments les plus important de toutes mes journées. TOUT tournait autour de ça !

Dès le matin, c’était “QU’EST-CE QUE J’VAIS TREMPER DANS MON CAFEEEEEEEEY ??”, le midi c’était “OUAIS ON VA AU RESTOOOOOO !”, et à partir du milieu d’aprem, une partie de moi était focus constant sur le repas du soir “MMM DES PATES ? UNE VIANDE ??? HAN NAN DES SUSHIS !!!!!!!”… Genre ouais, la fille qui aime manger certes, mais limite pas normal quoi. Type dès que je voyageais, le premier truc que je checkais sur Wikipédia c’était les spécialités culinaires. ‘Fin ce genre de trucs. Rien de transcendant, mais bon très, très obsédée quand même (bien que perpétuellement tempérée par ma crainte de devenir trop grosse).

Et donc depuis quelques mois, normal quoi. J’veux dire, plus de fougue. Juste, j’me nourris par décence et pour ma santé, mais j’y prends plus un plaisir intense. Et… Pourtant ça va.

Mais ça, tu trouves pas. A part dans mon bouquin, j’ai jamais entendu personne me dire : “T’sais, j’ai plus très faim en ce moment, mais ça coïncide avec une période de mieux-être.”

En général, tes potes, y viennent te dire qu’ils mangent moins parce qu’ils sont déprimés ! Ou alors c’est des gens qui ont pas d’intérêt pour la bouffe mais qui en ont jamais eu de leur vie.

Bref, j’ai moins faim, mais je le vis très bien.C’est même comme si je m’étais libérée d’une espèce de lubie malsaine. Une lubie d’emmagasinage de bouffe, une tentative de combler chais pas trop quoi. C’est comme si j’avais un tas de choses autres à penser que ça maintenant. Et paradoxalement, j’ai redoublé de plaisir vis-à-vis de la musique, quand j’en joue, quand j’en écoute, ou bien j’apprécie vachement plus le silence, le calme, et la beauté des paysages. C’t’étrange tout ça non ?!

Moi ça m’interroge ! Mais j’me sens bien ! Alors qu’importe 🙂 ?

7 commentaires


  1. Moi aussi j’étais très préoccupée par la bouffe, et je checkais toujours les meilleurs restos des villes où j’allais…Et il y a quelques mois, petit déclic, j’ai changé d’alimentation…plus de sucre, des légumes et des fruits. J’ai faim, mais normal. Et je sais que ce changement s’est produit parce que je suis mieux dans ma peau. J’avais pas de surpoids, juste je mangeais plus pour me remplir que par réel besoin.
    J’ai lu quelques uns de tes articles, je me reconnais beaucoup dans ce que tu dis sur l’envie de bouger, de ne pas faire de projets à très longs termes. Je suis allée en Australie et compte y retourner en PVT, j’ai beaucoup aimé le Québec (Montréal) et c’est aussi un projet d’y chercher du boulot dans le futur. En attendant, ce sera Boston. Et après, le Cambodge et Inde !

    Répondre

    1. Wow ben je suis ravie si tout ça te parle 🙂 c’est aussi mon but, faut pas s’le cacher, de trouver des gens qui partagent les mêmes pensées. Ça rassure tout simplement.
      Boston ? C’est top ! En voyage ou boulot ? Il se peut que je parte sur Baltimore l’an prochain 🙂

      Répondre

  2. Moi aussi sa fait comme vous je n’est que 17 ans mais depuis deux mois je n’est plus envie de manger limite sa me degoute mais je vais bien mais c’est vrai que c’est une sensation bizarre etant habitué a bien manger.

    Répondre

  3. Je suis, mais TELLEMENT, heureuse de tomber sur ta page.
    J’suis pas vraiment en surpoids, mais disons que comme toi, j’ai toujours aimé la bouffe de façon compulsive et un peu obsessionnelle, du coup j’avais des fluctuations de poids régulières, sans basculer dans des trucs fous non plus. (mais toujours un peu grassouillette vite fait). J’avais des envies pas possible, j’étais surexcitée à l’idée d’aller au resto, fin vraiment, le délire.
    Depuis deux trois semaines, plus faim. Pas en mode régime dans ma tête, non, mais je suis devenue vegan par éthique, et j’ai banni les sucres, j’ai repris le sport. Je suis beaucoup plus à l’écoute de mon corps, et je réalise que j’ai des réserves (pour le moment) suffisantes pour qu’il puise dedans pour me donner de l’énergie.
    Le truc fou, c’est que ma peau n’a jamais été aussi belle, je me sens hyper légère, en pleine forme (je fais plein de sport et j’ai plus aucune chute de tension, ce que j’avais avant), et véritablement bien dans ma peau.
    Tout le monde me dit que j’ai un regain d’énergie, que j’ai l’air hyper active.. Et en parallèle je mange vraiment quasi rien. Hier j’étais tellement occupée à faire des trucs que j’ai jeûné jusqu’à maintenant.
    Je suis super contente de voir que je suis pas la seule à constater que « manger » tout le temps n’est pas un synonyme de santé. On peut ne pas spécialement avoir faim mais aller bien.. Après il faut pas que ça devienne une pathologie mais dans mon cas, je ne voulais ni perdre de poids (ce qui se passe du coup), ni rien de tout ça.
    Pas de rupture difficile, pas de décès, en fait, comme tu le dis si bien, j’ai pas faim, mais tout va bien.

    <3

    Répondre

    1. Alors alors !
      La chose amusante, c’est qu’avec le recul, je me suis rendue compte qu’en fait, au moment où j’avais écrit cet article, certes je commençais à entrer dans une ère où la bouffe n’était plus une obsession, mais j’avais aussi une relation amoureuse qui me « bouffait » de l’intérieur qui a fait que je ne prenais plus plaisir à grand chose. Ni parler aux gens, ni manger, ni la musique… Et donc ma « non faim » en faisait partie. Mais maintenant ça va mieux 🙂

      Et là où je te rejoins, c’est que travaillant pour l’instant dans un magasin bio, et puis tout bonnement parce que je fais gaffe à mon hygiène de vie, je mange de plus en plus sain. J’ai arrêté la viande rouge, je suis en passe d’arrêter la blanche, et j’expérimente de cuisiner de nouvelles saveurs et nouvelles « matières » dont je n’ai pas l’habitude. J’suis passée aux graines germées, aux lentilles de diverses couleurs et au lait végétal #hippie. Et… Eh bah, j’ai arrêté d’avoir des grosses fringales de batarde, j’ai aussi presque complètement perdu ma voracité face au sucre, et tout va mieux ! La peau, les cheveux, comme toi, le sommeil, j’ai plus du tout de bide, j’ai une pèche d’enfer et mon transit (comprenez ce que vous voudrez) n’a jamais été aussi fluide 😀

      Et pour finir, je dirais que jeûner, c’est pas une mauvaise chose. J’avais lu y’a quelques temps un article sur le rythme circadien, qui donc dicte l’heure auxquelles il FAUT qu’on prenne nos repas, et où ça disait qu’en fait, l’idéal était de changer de rythme alimentaire, en dépit de ce qu’on nous dit depuis gosse ; voire il est bon pour la santé de jeûner toutes les 3 ou 4 semaines pendant quelques jours. Faudrait que je retrouve ça ! C’était super intéressant.

      Moi j’dis : y’a rien de mieux que de vraiment écouter son corps.

      Répondre

      1. Pour continuer cette page je dirais que moi aussi je suis dans cette situation, à la base je ne suis pas gros et de toute façon je ne grossi pas même si je mange beaucoup, je digère extrêmement rapidement. je suis plutôt de type ectomorphe. je pouvais malgrés tout manger correctement pour mon gabari mais depuis un ans environs je n’ai plus autant faim, je suis rassasié plus vite. Ayant plutôt une tendance vers les viandes rouges et les sauces bien goutteuses. Maintenant je me fait des jus de légumes frais et ne mange rien d’autre avant 14h, 15h. Tout va bien pour moi, je ne ressent pas le besoin de manger autant qu’une personne lambda, je ressent que mon corps à plus d’énergie lorsque je ne mange pas de viande. Bref je me suis renseigné et il se trouve que je pense avoir la réponse au pourquoi. Ce n’est peut-être pas le forum pour parler de ceci mais bon je me lance: Le monde change les énergies change (si vous ne savez pas de quoi je parle renseignez vous, il existe de nombreuses personne très sérieuses sur le net qui l’expliquent très bien), certains l’aurons déjà surement remarqué (pour les plus sensibles). Dans ce chamboulement d’énergie qui augmente, qui s’élève, nos corps nous envoie des signaux (trouble de l’alimentation, du sommeil etc…) Ce sont des signaux qui doivent nous faire réagir. Il est temps de changer nos habitudes néfastes.

        Répondre

        1. Alors cher monsieur, je rebondis sur ce que tu dis, et valide complètement. Ce qui est drôle, c’est que donc j’avais écrit cet article y’a un peu plus de trois ans, et avec le recul, je me rends compte de choses ! si j’avais plus faim à cette période, c’était certes d’une part parce que ma vie s’expandait au delà de mes horizons de petits plaisirs addictifs et matérialistes, mais aussi parce que j’étais à l’époque dans une relation amoureuse complètement anéantissante qui me prenait toute mon énergie et mon envie de vivre ; et du coup j’avais même plus goût à manger. En fait, j’allais pas si bien 🙂
          Et ce qui est drôle aussi, c’est que maintenant, ça va bien bien mieux, et que j’ai conservé ce manque de folie/fougue pour la bouffe, mais pour des raisons bien plus saines : je suis devenue végétarienne depuis à peu près 2 ans (pescetarienne pour être exacte). Et comme je me nourris vachement mieux de ce fait, parce qu’il faut bien s’assurer de ne manquer de rien, puis organic et tout, ben du coup je me suis sevrée de la graisse, du sucre, de toutes ces merdes qui a dans la viande et la mal-bouffe. Alors effectivement, je me jette plus sur la nourriture comme un fumeur se jette sur sa clope. J’apprécie toujours autant de manger, mais c’est bien plus sain comme plaisir. Et effectivement, moi aussi j’ai bien plus d’énergie depuis que je mange plus de viande (et aussi depuis que je réduis les farines blanches !).
          Changeons donc nos habitudes néfastes, et puisqu’on convaincra personne, au moins parlons-en et semons la graine 🙂

          Répondre

Laisser un commentaire