Je vais bien ne vous en faites pas.

Bonsoir la compagnie.

J’écris ce soir pour vous rassurer :

Non, je ne suis pas morte boxée par un kangourou supermusclé (cc Adrien Feletti).

kangaroo

C’est-à-dire qu’en fait, j’ai une chiée de choses à dire, mais malheureusement, telle une poétesse maudite, je n’suis capable d’écrire que dans certaines conditions, à savoir le soir, super crevée à un point que j’en ai limite des hallus auditives,

Mais aussi et surtout, quand je suis émotionnellement très très perturbée, que ça soit dans le bon sens comme dans le mauvais.

Et, ô désarroi, depuis mon arrivée au pays de Bernard et Bianca, eh bien…

… Je n’suis absolument pas boulversée.

Je vais juste bien. Normal. Je suis relax, peaceful, j’apprécie des choses stupides comme le nouveau muesli que j’ai essayé au supermarché du coin et qui me rend heureuse rien que quand j’en vois le paquet dans le placard le matin en arrivant dans la cuisine, ou bien quand je monte sur le toit de ma chambre le soir vers 20h pour regarder le coucher de soleil orange/bleu/jaune/rose/violet, ou même en faisant du vélo dans mon quartier.

J’veux dire, je suis pas malheureuse du tout, bien au contraire. Je suis bien. Mais juste bien.

Et je n’vais pas m’en plaindre ! C’est cool. M’enfin… Le prix à payer, c’est que je n’frissone ni ne chiale suffisamment pour être inspirée à écrire des articles fougueux sur des sujets qui me saisissent au plexus.

Apparemment faut attendre, et parfois ça revient. Alors j’attends.

Peut-être j’en pondrai un dès demain, qui sait ! J’suis en train d’essayer d’me faire du mal là, en écoutant des musiques bien vieilles et bien chialantes que je téléchargeais lors de mes années lycée. Des trucs bien profonds, bien écorchés, qui vous parle vous savez… Du Avril Lavigne ou du Kyo, trucs du genre. Je tâcherai d’essayer avec d’autres univers musicaux, parce que ceux-là sont ptèt’ trop. Genre, TROP. Trop de talent quoi. Ça bouleverse de trop. M’voyez.

Bref, tout ça pour dire que je n’dépose pas la plume, je cherche juste à me faire du mal pour être lisible 😀 J’vais trouver bientôt vous inquiétez pas.

Voilà. A part ça, je cherche un taf à moitié (mais j’devrais chercher doublement parce que je commence à être sévèrement à court de thunes), je sporte pas mal (qu’au moins je sois belle si je suis pas professionnellement productive), et j’fais un petit peu d’rédac par-ci par-là. Bref je cherche un sens à mon expatriation. Mais il est là, il est au bord là j’le sens y va sortir c’est imminent.

Melbourne, c’est bien. C’est très joli, les gens sont souriants (ils ont pas le bisounoursisme des Canadiens, mais c’est presque ça), quand il fait beau, on dirait la Californie en mieux, le sable des plages est super fin et super blanc, et la nourriture, à mon grand étonnement de condescendante française, n’est vraiment pas si mal ! La viande est goûtue, les légumes tout autant, et OH ! J’AI RE DE LA PASTÈQUE ! Et d’la bonne ! Bah ouais parce que c’est l’été ici.

Alors hein ! On me vole mon Noël blanc, on peut bien m’permettre de bouffer d’la super pastèque (et des supers kiwis) en échange hein oh !

Et puis bon, comme toujours quand on arrive dans de nouveaux environnements, j’ai déjà rencontrés des gens supers (je dis beaucoup super, super). Des gens avec ou sans histoires, touchants, drôles, généralement en début ou en fin de reconstruction et découverte d’eux-même (ça veut pas dire grand chose comme ça là mais en fait si).
Et puis des gens assez cons aussi ! Ouais. Parce qu’en fait, y’a BEAUCOUP de français qui croient que l’Australie, c’est un van, de l’alcool, de la weed, des kangourous et des foufounes. Et du coup, ces gens là, bah ici, ils agissent comme si c’était pas un vrai pays, comme si c’était genre World of Warcraft, que les Australian dollars c’était des PO, qu’pour faire du fric y suffisait de travailler de temps en temps sa compétence Cuisine, et que tout l’reste du temps on pouvait soit surfer, soit parcourir la région sur le dos de sa monture terrestre de seconde main, soit enlever tout son stuff, se foutre en sous-vêt’s sur la place de la Capitale bourrés et danser à la Carlton Banks en criant tchoutchou. Et genre, comme si les policiers étaient en cartons et les conséquences en papier mâché. Et du coup, bah les français ici, ils ont une belle (HEEEEY mais l’inspiration me vient làààà \o/) réputation de connards. Si si. Ici, mesdames et messieurs, le français vole (pour rigoler hein, parce que c’est rigolo de voler), le français fraude, et le français n’est pas fiable ni au taf ni en affaires.

Du coup, c’est limite si t’oses dire que t’es français quand on te l’demande. Bientôt, je m’entendrai dire que je suis belge, j’le sens. Les belges, je les aime de plus en plus <3 et pas que parce qu’y disent « savoir » au lieu de « pouvoir » et que je trouve ça mignon.

Alors bah, l’attitude à avoir je pense ici, bah c’est d’agir normalement. De respecter, de sourire et d’arrêter d’se croire dans American Pie. On l’a pas eu notre adolescence dans un campus américains les mecs et on l’aura jamais ! PARCE QUE CA N’EXISTE PAS ! STIFLER N’EXISTE PAS !!! Non mais honnêtement, y’a blindé de trucs géniaux à vivre ici, ce pays est somptueux, faut juste pas croire que c’est un pays brouillon où on a l’droit de s’entraîner à devenir des pseudos globetrotters d’un jour sans se soucier du sol que l’on foule de nos pieds et de ceux qui nous font la gentillesse de nous laisser y entrer.

Bref, allé, pour remonter un petit peu votre moral de mecs et meufs qui venez de lire un article sans grand intérêt et globalement pas fortement positif (même si la conclusion c’est quand même que j’suis très heureuse de vivre!), voici la photo d’un gilet pour pas couler que j’ai vu au Big W l’autre jour et que j’aurais adoré qu’on me l’achète quand j’étais petite :

Superbath

Je vous aime les gens. Oui TOUS ! VOUS TOUS ! A vite c’est promis.

Un commentaire

Laisser un commentaire